Rejoué

rue Prévost-Paradol
75014 Paris
http://rejoue.asso.fr/

Horaires : lundi,mardi, jeudi, vendredi de 9h à 13h et de 14h à 17h.

Contact e-mail : contact@rejoue.asso.fr

Tél. : 01 40 52 54 15

Les + :

Bon marché

Propreté et sécurité

Variété des jouets

Jeter n’est pas Rejoué

par Christine Taconnet | 19-10-2012
Mots-clés : jouets | Rejoué | Ressourcerie
Version imprimable   envoyer l'article par mail title=  facebook  facebook

Vieux Lego et Barbie délaissées trouvent une seconde vie avec Rejoué, une jeune ressourcerie parisienne.

Aux parents encombrés de peluches et de Monopoly poussiéreux, l’association Rejoué lance un message : il y a une vie après l’oubli. En d’autres termes, ne jetez plus. Donnez. Vous ferez de nouveaux heureux chez ceux qui préfèrent acheter une belle poupée d’occasion plutôt qu’une Barbie neuve au prix fort.

Jeux et livres par milliers

L’atelier de Rejoué est caché au bout d’une petite rue piétonne du 14e arrondissement. Pas de numéro sur la porte, ni de ballons pour signaler l’adresse, sobriété oblige. Et pour distinguer le logo vert et rose, il faut de bons yeux.

Ici, les poupons font peau neuve, les Playmobil et les pièces de construction retrouvent leurs ensembles, les pistolets laser clignotent à nouveau. Depuis l’ouverture en mars 2012, 1500 à 2000 livres et environ 2500 jeux ont passé la porte.

Rejoué les collecte dans les écoles, auprès de particuliers, d’entreprises ou sur des évènements (comme We Love Green, en septembre 2012). Les dons sont triés, lavés, remis en état de marche, contrôlés puis emballés et revendus à la moitié du prix du neuf auprès de clients adhérents. L’association en compte déjà plus de 400.

Des emplois en insertion

Ce travail est effectué par une équipe de 12 salariés en insertion. « Cette expérience n’est pas facile pour tous, mais elle permet à certains de se révéler », constate Bruno Lorig, le responsable technique. Exemple : cette jeune femme qui s’est découvert un don avec les enfants en accueillant des scolaires. Elle prépare aujourd’hui un BAFA.

Ou Ruffin, devenu réparateur de jouets électroniques. Le cabriolet rose qu’il inspecte devra émettre tous les bruits et lumières de rigueur pour entrer dans le circuit. A défaut, il partira pour la déchetterie, après recyclage des piles. « Nous revalorisons 80% des jouets que nous collectons », précise Bruno Lorig.

L’idée de cette ressourcerie spécialisée émane de Claire Tournefier, une ancienne bénévole pour La Croix-Rouge, effarée de voir des monceaux de jouets partir au rebut. Le projet prend forme après sa rencontre avec Antoinette Guhl, consultante en développement durable. Les deux codirectrices ont pris exemple sur d’autres expériences similaires en régions (comme AIRE de jeux, en Rhône-Alpes) et ont ajouté des actions de sensibilisation à la prévention des déchets : accueil de scolaires, animations dans les écoles, etc.

Contrôle minutieux

Le tri n’est pas une mince affaire. Dans chaque pièce, les cartons rangés s’empilent jusqu’au plafond. « Nous avons une trentaine de catégories de jouets, précise Bruno Lorig en examinant une Arche de Noé en plastique. L’une de nos tâches les plus difficiles est de reconstituer les maisons de poupées ou les ensembles de type Lego. » Les puzzles, un vrai casse-tête, partent chez des mordus bénévoles, qui les ramènent complets.

Autre poste chronophage : le nettoyage. Rejoué dispose d’une petit buanderie, où les tissus passent à la machine à laver et les pièces de plastique simples au lave-vaisselle. « Mais la majeure partie des jouets doit être nettoyée à la main », signale Bruno Lorig. Un travail méticuleux, effectué avec un détergent écologique et… des brosses à dent pour les recoins. Avant emballage, les jouets sont vérifiés. « Ils doivent sortir en très bon état ». Tous disposent du marquage CE. Un gage de sécurité.

Rejoué organise régulièrement des ventes privées pour les assistantes maternelles d’Ile-de-France dans sa « salle des ventes », une petite pièce ouverte sur la rue. Mais le grand public peut lui aussi se faire plaisir. L’association tient un stand deux jours par mois dans le supermarché de son quartier (un Carrefour Market), boulevard Brune. Elle travaille aussi avec les boutiques Artisans du Monde du Nord-Est parisien et sur une boutique en ligne. Pour la période de Noël, Rejoué ouvrira une boutique éphémère pendant deux mois rue d’Alésia.

(Photos : Christine Taconnet. Illustration : Nicolas Hubesch.)

C'est une bien belle adresse parce que...

La réduction des déchets est au cœur du projet Rejoué, qui inclut également des actions de sensibilisation. Trop de jouets finissent à la poubelle faute de place, alors qu’une grande partie est réutilisable et peut profiter à d’autres enfants.

Ce ne sont pas de simples jouets d’occasion. Tous les articles sont lavés, remis en état de marche et testés pour les normes de sécurité. Bruno Lorig, le responsable technique, veille au grain. Il sait que de cette qualité dépend la crédibilité de Rejoué… et ses prix de vente. Les emballages sont suffisamment soignés pour permettre des cadeaux.

Ce concept solidaire peut faire des petits. Claire Tournefier aimerait multiplier les points de vente et de collectes en créant des antennes notamment en banlieue parisienne. Ce serait autant d’emplois en insertion créés.

+ de photos

1 Message

  • Jeter n’est pas Rejoué 19 février 2016 10:46, par carol

    Et il y a une boutique "Rejoué" dans le centre commercial Gaité ! Très pratique et bien achalandée !
    Attention, tenue par des bénévoles, les horaires sont un peu fluctuants, mais en général, c’est ouvert du mercredi au vendredi (parfois le samedi) de 11 à 18H.
    Et l’adhésion est dérisoire, 2€/an !

    Répondre à ce message

Commenter cet article

 

Suivez BienBeau.fr

  • F
  • T
  • rss

Partagez BienBeau.fr

Abonnez-vous

Chaque semaine découvrez une bien belle adresse testée pour vous et toute notre actu.

 

©BienBeau.fr 2010 | Site propulsé par Spip2Mentions légales