« La fin de la viande, c’est pas la mort ! »

par Eric Lecluyse | 28-01-2011
Mots-clés : L214
Version imprimable   envoyer l'article par mail title=  facebook  facebook



Ce samedi 29 janvier, une trentaine de militants grimés vont progresser de Beaubourg à Odéon pour réclamer « l’abolition de la viande ». Entretien avec Brigitte Gothière, de L214, association coorganisatrice.

JPEG - 48.7 ko
Une action de L214 à Grenoble
Il y a quelques jours, à Grenoble, des militants de L214 dénonçaient les élevages de poules pondeuses en cages.
© blog.l214.com/DR

A l’occasion de la Semaine mondiale pour l’abolition de la viande, l’Association végétarienne de France , L214 et Cleda réalisent une action à Paris ce samedi 29 janvier. La trentaine de militant attendus partiront à 14h de Beaubourg puis progresseront vers Châtelet-Les Halles (14h45), St Michel (15h30) et Odéon (16h15). Un événement « aux tonalités lugubres quand il évoque les animaux tués et aux tonalités chaleureuses et festives quand il évoque l’abolition de la viande », expliquent les organisateurs. Entretien avec Brigitte Gothière, représentante de L214, pour quelques explications.

L214 organise de plus en plus d’actions de ce type, sur un mode ludique, c’est une volonté de faire passer autrement vos messages auprès du public ?
On a toujours fait des actions comme celle-là. En 2007, avant même la création officielle de L214, on faisait déjà des « opérations barquette » : on met une personne dans une barquette de viande pour interpeller les gens. Mais c’est vrai qu’on en fait plus, parce qu’on est plus rodés, on prend de la bouteille. Ce n’est pas toujours simple quand même, car on est encore peu nombreux. L214, c’est seulement deux salariés et des bénévoles comme moi… Si on pouvait, on serait tous les jours dans la rue pour rencontrer les gens, et dans les abattoirs et les transports pour filmer la façon dont on traite les animaux.

Etes-vous entendus par le public ?
On essaye de faire enfler le mouvement et on s’aperçoit qu’il se passe quelque chose, le grand public est de plus en plus préoccupé. Il suffit de voir le succès du livre de Jonathan Safran Foer (Faut-il manger les animaux ? Editions de l’Olivier), qui a un énorme écho en France. D’autres bouquins du même genre sont passés complètement inaperçus chez nous auparavant, là on sent les médias et les gens plus attentifs.

Quel message souhaitez-vous faire passer lors de cette action à Paris ?
Il ne s’agit pas de dire aux gens de devenir végétarien, de leur dicter leur conduite, mais d’engager le débat à un niveau éthique et politique. Nous voulons faire en sorte de réfléchir ensemble à un monde où on n’exploiterait pas les animaux, qui, même s’ils ne sont pas de la même espèce, ont en commun avec nous de ressentir la souffrance. C’est une idée qu’on a du mal à imaginer car culturellement, nous sommes habitués à manger de la viande ou des produits issus des animaux (lait, œuf) une, deux, voire trois fois par jour, alors que ce n’est pas nécessaire. Nous militons pour l’abolition de la viande, ce qui va assez loin. Ce qu’on veut, déjà, c’est lancer le débat, que des gens se disent : « C’est vrai, je n’y avais pas pensé ». Et qu’ils entendent notre position : « La fin de la viande, c’est pas la mort ! » Arrêtons de croire que les végétariens sont forcément des gens tristes.

Des personnalités ou des responsables politiques ont-ils rejoint votre action ?
Sur la question de la réduction de la viande et la situation dans les élevages, nous avons quelques soutiens. Mais sur l’abolition de la viande, non, contrairement à l’Angleterre ou les Etats-Unis, où Roger Moore et Pink s’engagent par exemple. Nous avons reçu quelques appels de personnalités, mais pour le moment aucune ne désire s’exprimer publiquement sur cette question…

8 Messages de forum

  • « La fin de la viande, c’est pas la mort ! » 28 janvier 2011 20:59, par Rebecca

    Je crois que cette idée chemine dans de plus en plus d’esprits... y compris le mien. Je mange de moins en moins de viande. Je ne sais pas si je m’en passerai bientôt mais les dommages collatéraux de l’alimentation carnivore sont de plus en plus présents...

    http://rebekbek.typepad.com

    Répondre à ce message

    • « La fin de la viande, c’est pas la mort ! » 7 février 2011 19:21, par aline

      Oui il faut laisser la viande, il y va de la survie de la planète, toutes les terres déboisées pour nourrir ces milliards de bovins, alors que avec beaucoup moins de terres cultivées avec des céréales pour les humains, on stopperait la faim dans le monde et la fin du monde.

      Répondre à ce message

  • « La fin de la viande, c’est pas la mort ! » 29 janvier 2011 22:56, par no to exploitation

    Nous étions près d’une centaine à informer sur la revendication politique d’abolition de la viande.
    L’abolition de la viande, c’est justement : pas la mort.
    http://meat-abolition.org/

    Répondre à ce message

  • « La fin de la viande, c’est pas la mort ! » 30 janvier 2011 08:17, par yves

    C’est chouette que ce mouvement se développe !

    C’est l’irruption de préoccupations morales dans un domaine où elles ne pouvaient pas se faire entendre jusqu’à tout récemment, où il était même difficile de penser en termes moraux !

    et c’est même l’irruption d’un questionnement de type politique sur la question, au-delà de la promotion du végétarisme ou du végétalisme qui, à la façon dont ça se passait, semblaient cantonner la question de l’élevage à une question personnelle en conseillant individuellement aux gens de se passer de viande ou de la refuser. Là, c’est la société tout entière qui est sommée de se poser la question, et de justifier l’absence totale de cas qu’elle fait des animaux, du fait qu’ils ne sont pas humains... Chapeau !

    Il y a eu plein d’actions : http://meat-abolition.org/node/145

    Répondre à ce message

  • « La fin de la viande, c’est pas la mort ! » 30 janvier 2011 22:02, par BabyBull

    Vivement qu’on arrête le massacre ! Effectivement ne plus manger de viande ce n’est pas la mort et c’est la vie pour des millions d’animaux que l’on fait naître pour mieux les exterminer. En outre, se nourrir de cadavres n’a jamais été bon pour la santé. Alors pour une vie saine et durable, cessons de manger de la viande.

    Répondre à ce message

  • Mangeur de viande quand même 31 janvier 2011 11:04, par Céd

    Je mange de la viande mais ce business de la bidoche me fait parfois mal au bide. Je ne crois pas que j’arrêterai, pas tout de suite, mais j’en mange beaucoup moins qu’avant déjà...

    Répondre à ce message

    • Mangeur de viande quand même 7 février 2011 11:21, par Bonbon

      Je réponds à Céd. Ce qui compte c’est une prise de conscience des conditions ignobles de l’industrie de la viande aujourd’hui. C’est manger moins de viande et surtout privilégier les méthodes d’élevage bio ou label rouge car les animaux y sont infiniment mieux traités et ne sont pas regardés juste comme des machines à viande.
      Mon mari était très carnivore et adore la viande rouge mais il a compris tout à fait le lien entre son cholestérol (il n’en n’a plus aujourd’hui) et sa consommation carnée. Aujourd’hui, nous achetons uniquement de la viande soit directement au producteur bio, soit chez Biocoop. Concernant les agriculteurs, nous connaissons leurs vaches, cochons, poules etc et leurs conditions de vie. Nous pouvons aller vérifier à tout moment que les vaches et les poules sont bien dans les prés et les cochons dans leur parc. Il y a un réseau de vente directe par les agriculteurs bio dont on peut trouver les coordonnées sur Internet. La voir de l’avenir, ce n’est pas forcément le végétarisme mais le respect de l’animal en tant qu’être vivant sensible.

      Répondre à ce message

      • Mangeur de viande quand même 8 février 2011 09:42

        Bonjour,
        Cette démarche est tout à votre honneur. Cependant, il est vrai que nous disposons parfois seulement d’un des aspects de la situtation.
        Pour vous dire : au niveau des conditions d’abattage de ces mêmes animaux ’mieux traités’ il reste le même problème que pour tous les autres provenant de l’industrie ’lourde’. Mon ami travaillait dans un magasin bio, justement, et un jour un producteur lui confia que le traitement des animaux (poules...) est identique que les autres, puisqu’ils rejoignent ensuite des circuits identitques...
        Alors ?...
        Cela nous amène à aller toujours plus loin dans notre responsabilité pour vraiment savoir COMMENT les animaux sont traités, du début jusqu’aux derniers instants de leur vie. C’est souvent un rendez-vous avec l’horreur, et cela ne sera jamais digne d’un être humain.

        Répondre à ce message

Commenter cet article

 

Suivez BienBeau.fr

  • F
  • T
  • rss

Partagez BienBeau.fr

Abonnez-vous

Chaque semaine découvrez une bien belle adresse testée pour vous et toute notre actu.

 

©BienBeau.fr 2010 | Site propulsé par Spip2Mentions légales