Les Franciliens champions de la collecte de lampes

par Christine Taconnet | 08-03-2012
Mots-clés : Recylum
Version imprimable   envoyer l'article par mail title=  facebook  facebook



Avec 549 lampes recyclées pour 1000 habitants en 2011, l’Ile-de-France dépasse désormais toutes les autres régions. Et Recylum, l’éco-organisme chargé d’éliminer les ampoules usagées, se prépare à une montée en charge.

Le nombre de lampes collectées et recyclées en Ile-de-France a augmenté de plus de 20% l’année dernière, pour atteindre 549 pour 1000 habitants. Ce score place la région en première position au niveau national, alors qu’elle était à la septième place en 2010. Belle accélération ! Mais quid du reste de l’Hexagone ? Et peut-on attendre mieux bientôt ? Réponses d’Hervé Grimaud, directeur général de Recylum, l’éco-organisme qui chapeaute la filière en France.

Pourquoi la région parisienne a-t-elle autant progressé ?
Nous avons amplifié le maillage des points de collecte auprès des supérettes. A Paris, beaucoup de commerces de proximité sont équipés de Lumibox. Ils sont référencés sur notre site grâce à un outil de géolocalisation. Depuis un an, nous menons également des efforts grandissants en direction des entreprises du tertiaire.

JPEG - 77.4 ko
La filière de collecte et recyclage des lampes usagées
© DR

Récylum a recyclé 35% des lampes et tubes fluorescents arrivés en fin de vie en 2011. Ce taux est–il satisfaisant ?
Réussir à atteindre un taux de recyclage de 65% à l’horizon 2019, comme le demandent les textes européens, sera un beau challenge ! Nous avons encore du travail à faire pour que ce geste devienne un réflexe, mais n’oublions pas qu’il y a cinq ans, personne ne savait que les nouvelles lampes se recyclaient. Notre notoriété croît : en 2011, 72 % des Français affirmaient savoir où se trouvait le point de collecte de lampes le plus proche de chez eux, contre 50% un an plus tôt.

Quels efforts restent à faire ?
Nous ne devons pas relâcher notre communication car notre difficulté, c’est qu’on ne remplace pas une lampe tous les jours. D’où nos campagnes télé régulières et nos partenariats avec des ONG comme France Nature Environnement ou Les Connexions, pour aller au-devant des consommateurs. Enfin, nous avons réussi à mobiliser de gros consommateurs comme les hôpitaux, les organismes d’éclairage public, les usines. Pour les PME, c’est plus dur. Mais nous passons par les réseaux de vente de fourniture de bureau par correspondance pour récupérer le contenu des nouvelles Lumibox Entreprises, un bac pour les petits volumes de lampes.

Le nombre de lampes fluo-compactes en fin de vie va exploser. Pourrez-vous toutes les recycler ?
Nous nous préparons à une montée en charge. La collecte nationale a déjà progressé de 11% en 2011 et de 46% dans la grande distribution. Nous soutenons la création de nouveaux sites de traitement comme Artémise (à Troyes) et nous accompagnons des efforts de R&D. Aujourd’hui, 95% du poids des lampes que nous collectons sont recyclables et recyclées. Et la filière est sur le point de se mettre en place pour les poudres fluorescentes, via l’industriel Rhodia. Seuls les plastiques échappent au processus. L’enjeu est de leur rendre leur pureté et nous n’avons toujours pas réussi.

P.-S.

Rappel pour ceux qui hésitent encore...

Quelles lampes doivent être recyclées ? Toutes celles qui portent le symbole “poubelle barrée”, c’est-à-dire : les tubes fluorescents ; les lampes fluo-compactes ou basse consommation ; les lampes à LED, plus récentes ; et les lampes techniques (à vapeur de mercure, à iodure métallique…).

Les halogènes et les bonnes vieilles ampoules à incandescence partent avec les déchets ménagers. Car « l’impact sur l’environnement des milliers de camions utilisés pour leur collecte ne serait pas compensé par les gains écologiques issus de leur recyclage ».

Commenter cet article

 

Suivez BienBeau.fr

  • F
  • T
  • rss

Partagez BienBeau.fr

Abonnez-vous

Chaque semaine découvrez une bien belle adresse testée pour vous et toute notre actu.

 

©BienBeau.fr 2010 | Site propulsé par Spip2Mentions légales